ViaRhôna : la valorisation du patrimoine rhodanien à l’épreuve des territoires, des acteurs et des usages

Rhonaveleau-rapport

Dans les intentions formulées par le Plan Rhône (CPIER 2007-2013), le fleuve sert de colonne vertébrale à un développement durable. Dans le contexte de cette politique publique voulue comme intégrative, le patrimoine fluvial rhodanien – le fleuve, les écosystèmes, les paysages et les activités qu’il façonne – est de plus en plus envisagé comme un vecteur de valorisation et de développement territorial pour les collectivités riveraines. Dans cette perspective, la ViaRhôna – cette véloroute bordant le fleuve Rhône du Léman à la Méditerranée – apparaît comme une déclinaison opérationnelle de cette ambition.  Qu’en est-il en pratique ? La mise en œuvre du projet interroge conjointement :

  • La réalisation du projet dans les territoires : La ViaRhôna est un projet d’ampleur s’étendant sur plus de 800 km et traversant trois régions. Il suppose le travail conjoint de territoires, d’échelles d’intervention et d’acteurs très diversifiés, impliquant tout autant d’intérêts et d’enjeux parfois concurrentiels. Dans ce contexte, quelle est la place accordée au patrimoine fluvial rhodanien par les acteurs du projet ? En particulier, dans quelle mesure les pratiques professionnelles des acteurs et les représentations qui les sous‐tendent ont‐elles pu influencer les orientations du projet ?
  • Sa réception par les usagers : quelles sont les évolutions induites par l’aménagement de la véloroute sur la relation que ses usagers entretiennent avec le fleuve et ses patrimoines ? Traduisent-elles notamment un rapprochement physique, cognitif ou émotionnel avec le fleuve ? Et dans quelle mesure les caractéristiques du fleuve (notamment son caractère plus ou moins naturel ou anthropisé) et les caractéristiques de l’aménagement influencent-elles l’attractivité de la ViaRhôna ?

Pour répondre à ces questions, un travail de recherche interdisciplinaire en sciences humaines et sociales – combinant géographie sociale, économie, aménagement-urbanisme et sociologie – a été conduit (2017-2019). Il s’est intéressé aux perceptions, aux représentations, aux pratiques des acteurs et des usagers de la ViaRhôna et à leurs évolutions en lien avec l’action publique. Il repose sur un important travail de terrain pour la production de données d’enquête et sur l’utilisation de méthodes d’analyse à la fois qualitatives et quantitatives, envisagées dans leur complémentarité.

>>> Accéder au rapport final - déc 2019 (pdf)