Porteur
Marina Coquery
Session
2019
Co-porteur(s)
Stéphane Frioux, Brice Mourier
Titre
Reconstruction des tendances temporelles de contamination dans le Haut-Rhône : proposition d’une approche historique pour mieux interpréter les enregistrements historiques sédimentaires
Résumé
Les sédiments constituent un compartiment des milieux aquatiques au sein duquel peuvent s’accumuler, au cours du temps, de nombreux contaminants ayant une forte affinité pour la matrice solide (ex. métaux, PCB). Les archives sédimentaires montrent que de nombreux contaminants ont été émis dans l’environnement de manière croissante depuis le début de l’ère industrielle au XIXème siècle pour atteindre un pic, en Europe occidentale, dans les années 1970. Les études récentes dans le bassin du Rhône montrent un gradient amont – aval, relié à la pression anthropique sur le bassin et aussi une diminution importante des concentrations en contaminants dans les sédiments plus récents.
L’objectif général de ce projet est de contextualiser la contamination des sédiments du bassin du Rhône par rapport à l’évolution de la réglementation et de l’activité économique. Il vise à expliquer les causes de ces évolutions, qui varient en fonction des contaminants et aussi spatialement le long du fleuve. Le projet propose un focus sur le Haut-Rhône dans un premier temps, afin d’évaluer la faisabilité de l’étude comparative entre les données historiques à collecter au travers des archives et les données de contamination dans les sédiments déjà acquises.
L’étude des données historiques permettra d’expliquer l’évolution des niveaux de rejets pour certains contaminants, par exemple au travers des restrictions ou interdictions d’usage, des améliorations du traitement des eaux usées, des évolutions de normes sur les rejets ; mais elle pourra aussi mettre en lumière des contaminations passées qui n’auraient pas été détectées par les analyses sédimentaires.
Type
Projet OHMs
OHM(s) concerné(s)
  • Vallée du Rhône
Disciplines
Chimie, Histoire, Sédimentologie
Image

Porteur

Marina
Coquery
Les travaux menés dans l’équipe LAMA (https://lama.irstea.fr/) dont j’assure l’animation scientifique, ont permis d’avancer sur la compréhension du comportement des contaminants dans les milieux aquatiques, pour des substances toxiques parfois présentes à de très faibles concentrations (métaux, pesticides, médicaments, …). Nous avons développé et mis en œuvre des méthodes variées de suivi in situ pour évaluer la dynamique spatio-temporelle de la contamination dans les cours d’eau (échantillonneurs passifs-intégratifs, mesure en continu, pièges à particule, indicateurs biologiques…).
Mes champs disciplinaires sont la chimie aquatique, la biogéochimie, la chimie analytique inorganique et la chimie environnementale. Les travaux de recherche que j’encadre sont pour la plupart pluridisciplinaires, en collaboration actuellement avec des écotoxicologues, des hydrologues, hydrauliciens, et des spécialistes du génie des procédés. Ces projets répondent à des enjeux qui s’inscrivent principalement dans le contexte de la Directive Cadre sur l’Eau. Ils visent à améliorer les méthodologies de suivi de la qualité des milieux aquatiques et aussi à les transférer vers les acteurs opérationnels de la gestion des eaux.
Nous cherchons à appréhender l’évolution des contaminations à différentes échelles spatiales et temporelles. L’originalité de ces travaux réside sur notre capacité à croiser les résultats obtenus pour différents outils « chimiques » avec ceux venant d’autres disciplines pour « valider » nos modèles. Depuis 2010, je participe activement au programme de l'Observatoire des Sédiments du Rhône, qui explore de nouvelles méthodes pour évaluer les tendances de contamination et identifier les sources de pollution sur le continuum du Rhône.

Participants

Stéphane
Frioux
Stéphane,Brice,Frédérique,Aymeric Frioux,Mourier,Eyrolle,Dabrin
Stéphane Frioux, maître de conférences d’histoire contemporaine et membre du LARHRA (UMR CNRS 5190) est spécialiste d’histoire urbaine et environnementale (http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/membre/9). Il travaille depuis une quinzaine d’années sur les techniques et politiques de gestion et de réduction des pollutions de l’eau, de l’air, et des déchets au XXe siècle. Il a participé depuis une dizaine d’années à plusieurs programmes pluridisciplinaires sur l’agglomération lyonnaise dans le cadre du LabEx Intelligences des Mondes Urbains et coordonne actuellement le projet ANR TRANSENVIR (Approche historique de la « TRANSition ENVIRonnementale » : innovations politiques et sociales face aux risques environnementaux en milieu urbain, années 1950-années 2000).
Brice
Mourier
Stéphane,Brice,Frédérique,Aymeric Frioux,Mourier,Eyrolle,Dabrin
Brice Mourier est chargé de recherche en sciences de l’environnement et membre du LEHNA (UMR CNRS 5023). Sédimentologue, il axe ses recherches sur les stocks sédimentaires fluviatiles en tant qu’enregistreurs du fonctionnement des grands fleuves à l’heure de l’Anthropocène. Il coordonne notamment le projet AFB INTERPOL (Inter-comparaison de la pollution des grands fleuves français).
Frédérique
Eyrolle
Stéphane,Brice,Frédérique,Aymeric Frioux,Mourier,Eyrolle,Dabrin
Frédérique Eyrolle, Chercheur HDR à l’IRSN. Elle est spécialisée dans le transport hydro sédimentaire des radionucléides en milieu aquatique continental. Elle axe aujourd’hui ses recherches sur les archivages sédimentaires afin d’évaluer les trajectoires et les résiliences dans grands bassins nucléarisés. Responsable récemment des projets PALYNO (NEEDS-ENV 2016-2018) et ARCHEORHONE (ZABR AERMC 2016-209).
Aymeric
Dabrin
Stéphane,Brice,Frédérique,Aymeric Frioux,Mourier,Eyrolle,Dabrin
Aymeric Dabrin est chercheur au sein de l'équipe LAMA de l'UR RiverLy. Il est spécialiste des contaminants métalliques dans les eaux en phase dissoute et
particulaire, notamment du mercure. Il participe au projet ZABR ArchéoRhône et au programme de l'OSR.